Stage de lutherie : Xavier (juillet 2010)

Stage de lutherie : Xavier (juillet 2010)

Juillet 2010, Xavier.  Alors là, De très très grands moments !!! Ry COODER n'a qu'a bien se tenir.... Écrivain, philosophe, bluesman, viole de gambiste (amateur), Xavier est venu faire une mandoline de type A, en érable ondé, pour jouer le blues de l'île d'Yeu.... À très bientôt, mon frère !!!

Mon stage à Curtil.

 

Rêver d’une guitare dont le son vous hante depuis des lustres, user de patience (et d’économies sonnantes et trébuchantes) jusqu’à pouvoir enfin l’acquérir et la faire sienne, c’est une chose, la façonner en trois semaines de ses propres mains sous la houlette virtuose et bienveillante de Dominique Bouges, en est une autre, ça ressemble fort à une révélation. L’expérience est à vrai dire inoubliable. En ce qui me concerne et sans se payer de mots, un rêve devenu réalité.

Une réalité certes exigeante, un face à face avec soi-même parfois difficile quand le doute s’empare de vos doigts et que proche du point de non retour ou d’une étape de fabrication décisive, vous savez fort bien que l’acte à effectuer (sciage et découpe, ponçage, usinage, collage définitif...) ne tolère aucun repentir. Surmonter l’obstacle, et Dominique sera toujours là, attentif et calme, pour vous y aider d’une parole précise ou d’un geste sûr de maître luthier, et vous repartez de plus belle, gonflé à bloc, pour de nouvelles aventures.

Une réalité gratifiante. De ces bouts de bois aux formes grossières qu’il vous faudra jointer le tout premier jour du stage, Dominique vous persuadera avec force détails qu’ils sont la table et le dos en devenir de votre guitare ou de votre mandoline. Avec entrain et moyennant de ne pas ménager sa peine, la scie à découper, les machines à usiner, la perceuse, la défonceuse et toute la batterie des ponceuses et des fraises, sans oublier le lapidaire, la colle de luthier et cette infinie multitude de petits outils au nom bizarre qu’on ne voit que chez les luthiers, donneront vie à ces bonnes paroles. Au dernier jour du stage et pour faire court (le manche de l’instrument, la manière dont il faut en venir à bout, mériterait à lui seul un paragraphe), guitare et mandolines sont vôtres et, légitime fierté, à personne d’autres. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, non seulement votre instrument est beau à voir et à toucher mais il sonne du feu de Dieu. Bref, heureux le stagiaire !

 

Merci à Dominique.

Xavier  

0 commentaire